Les Menhirs de Monteneuf

Un site archéologique

Vous êtes ici :

 

Les files de pierres dressées de Monteneuf ont été redécouvertes récemment (fin des années 1970) car seules 3 pierres dressées dans la lande permettaient d’en conserver la mémoire.
Aussi ce site a pu bénéficier de recherches récentes et variées afin de le comprendre.

Les archéologues ont eu recours à plusieurs méthodes de recherche en fonction des problématiques qui se posaient (fouilles – Y. Lercerf 1989-1995 et V. Brisotto 2011 - et prospections – Tardieu  2014 – ).

img_2618.jpg
Ce site a été érigé à la fin du néolithique, il y a 6500 ans, à l’époque où les Hommes récemment sédentarisés pratiquaient la culture des champs et l’élevage. Ils vivaient dans des maisons parfois de très grande taille, faites en bois, en torchis et en chaume. Toutefois il n’ pas été retrouvé de villages à proximité des menhirs de Monteneuf.

Par ailleurs, les archéologues ont pu mieux comprendre le chantier mégalithique grâce à la découverte de nombreux vestiges (pierres de calage, charbons de bois, trace de rails, etc.). De telles traces sont rares et elles permettent enfin de comprendre comment ce site gigantesque a été construit :

  • pour extraire la roche, une zone de carrière conservée montre l’emploi de coins pour fendre la roche ou de percussion.
  • pour faciliter leurs déplacements,  les bâtisseurs ont eu recours à des rails pour faire glisser ou rouler le bloc de pierre.
  • pour le dresser, ils ont basculé le bloc dans une fosse peu profonde, puis, ils ont installé un chevalet permettant d’augmenter la force nécessaire au levage.
  • enfin, le menhir était calé soit avec des blocs de schiste soit avec un mélange à base de calcaire qui se solidifie au séchage.
img_4176.jpg
Comme toute file de pierres dressées, le site des Menhirs de Monteneuf, bien visible dans le territoire, a suscité l’intérêt ou l’hostilité des civilisations postérieures.

Les menhirs ont ainsi été abattus et sont progressivement retombés dans l’oubli, couverts par la végétation. Les destructions ont probablement débuté dès la fin de la préhistoire et se seraient achevées au Moyen âge (comme en atteste les datations par C14) sous l’impulsion du clergé.

D’autres exemples attestent que la destruction de monuments mégalithiques n’est pas exceptionnelle.

Enfin, sur la périphérie du site, une structure empierrée démantelée d’une surface d’environ 20m² a été découverte récemment (2011).

Cela montre que le site possède une plus grande superficie que celle imaginée auparavant. On estime actuellement que le site néolithique, qui recèle une variété d’architectures mégalithiques (menhirs, allées couvertes, etc.), doit avoisiner une dizaine d’hectares. Il se compose d’au moins 400 pierres, et plusieurs files de pierres dressées ont été identifiées.

Un Archéosite

Considérant l’intérêt archéologique exceptionnel des Menhirs de Monteneuf, inscrits Monuments Historiques depuis 1997,  les acteurs locaux, publics et privés, n’ont eu de cesse de les faire connaître et de les valoriser.

Le site répond aujourd’hui à l’appellation « Archéosite » qui signifie que les actions mises en œuvre s’appuient sur trois axes de valorisation :

  • la valorisation scientifique : des activités et études archéologiques sont conduites sur le site par un archéologue,
  • la valorisation pédagogique : les connaissances scientifiques sont vulgarisées auprès du grand public,
  • la valorisation touristique : le site est un lieu de visite, à la fois ludique et culturel,

Les orientations stratégiques de mise en valeur de l’Archéosite sont rassemblées dans un ouvrage élaboré par un conseil scientifique composé des principaux partenaires agissant pour le site :

  • Guer Communauté, propriétaire et principal financeur des équipements et des activités proposées sur le site,
  • l’Association Les Landes, gestionnaire scientifique et touristique du site,
  • le Service Régional d’Archéologie, au sein de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bretagne, en charge de la protection du patrimoine.

La mise en œuvre de ce projet a conduit à la réalisation des équipements, reconstitutions et supports pédagogiques présents sur le site ainsi qu’à la programmation des animations auprès du grand public et des groupes scolaires.